Cette section présente un aperçu de notre performance financière en 2014 par rapport à 2013 et à 2012. Nous présentons plusieurs mesures afin d’aider les investisseurs à mieux comprendre notre performance. Certaines de ces mesures ne sont pas définies par les IFRS. Ces mesures financières sont définies à la page 3 du présent rapport de gestion et constituent des éléments importants dont il faut tenir compte lors de l’analyse de notre performance.

Performance globale

  • Les produits ont diminué de 94,2 M$, ou 9,7 %, par rapport à l’exercice précédent, pour atteindre 877,5 M$.
  • Le bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et charges spéciales (BAIIA) a diminué de 100,1 M$, ou 24,1 %, par rapport à l’exercice précédent, pour s’établir à 316 M$.
  • Les produits tirés des médias numériques ont représenté 50,5 % des produits consolidés pour l’exercice clos le 31 décembre 2014, soit une augmentation par rapport à 41,8 % à la période correspondante de 2013.

Faits saillants
(en milliers de dollars canadiens, sauf l’information sur les actions)
Téléchargez le document Excel (XLS 32Ko)

1 Se reporter à la section 4 pour un rapprochement des flux de trésorerie disponibles.
Exercices clos les 31 décembre
  2014 2013
Produits 877 528$ 971 761$
Bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et charges spéciales (BAIIA) 315 976$ 416 112$
Marge sur BAIIA 36% 42,8%
Bénéfice de base par action attribuable aux détenteurs d’actions ordinaires 6,95$ 6,34$
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation 156 507$ 340 680$
Flux de trésorerie disponibles1 72 557$ 274 551$
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

PERFORMANCE PAR RAPPORT À LA STRATÉGIE DE L’ENTREPRISE

Afin de favoriser la mise en œuvre réussie du plan de retour à la croissance de Pages Jaunes, la Société a concentré ses efforts sur les secteurs clés suivants en 2014 :

  • Promouvoir les possibilités de la marque – Lancer des campagnes de publicité ciblées afin de mieux faire connaître la marque numérique et d’en améliorer la perception au sein de notre bassin de consommateurs et des PME, ainsi que de souligner la transformation numérique de la marque;
  • Attirer un bassin d’utilisateurs de grande valeur – Offrir une meilleure expérience aux utilisateurs, améliorer la qualité, l’exhaustivité et la pertinence du contenu et fournir des applications numériques attrayantes pour découvrir les entreprises locales au sein du quartier, afin de favoriser la croissance du bassin d’utilisateurs de produits numériques;
  • Répondre aux besoins des clients – Fournir des solutions numériques de qualité, offrir une expérience de ventes améliorée, assurer une exécution supérieure des campagnes de marketing de nos clients et améliorer notre service à la clientèle afin de favoriser l’acquisition de clients et d’assurer la fidélisation de la clientèle;
  • • Investir dans les employés – Soutenir la transformation numérique de la Société en attirant et en conservant des employés dotés des connaissances requises en technologies de l’information, en médias numériques, en vente et en service à la clientèle, tout en offrant la formation nécessaire pour améliorer les compétences en matière de numérique au sein de l’entreprise;
  • Améliorer l’efficience – Implanter des technologies qui optimiseront les processus, simplifieront les activités d’exploitation et favoriseront la rentabilité.

Promouvoir les possibilités de la marque

En 2014, la Société a investi dans des campagnes locales et nationale de valorisation de la marque destinées à mieux faire connaître la marque numérique et d’en améliorer la perception au sein du bassin de consommateurs et des PME, ainsi que de souligner la transformation numérique de la marque et d’accroître l’utilisation de son application mobile phare PJ. Une campagne publicitaire télévisée a été diffusée à l’échelle nationale d’avril à juin 2014 pour présenter aux Canadiens le contenu et les fonctionnalités améliorés offerts sur l’application mobile PJ. Cette campagne a fait place à une vaste campagne publicitaire extérieure et numérique à Toronto, Montréal, Calgary et Vancouver au cours de l’été et de l’automne 2014 en vue de promouvoir une adoption plus ciblée au sein des centres urbains les plus densément peuplés au Canada. Les campagnes locales et la campagne nationale ont donné des résultats intéressants; elles ont contribué à accroître l’utilisation de l’application mobile PJ et à améliorer la notoriété et la perception de la marque numérique de la Société.

Parallèlement, Pages Jaunes a renommé ses médias numériques « pagesjaunes.ca » et « ShopWise » pour « PJ.ca » et « PJ Shopwise », respectivement. Le nouvel acronyme PJ est moderne, axé sur le numérique et plus facile à mémoriser, et sera également utilisé pour établir la marque médias numériques à venir de Pages Jaunes en vue de renforcer davantage la notoriété de la marque.

Après un lancement à Toronto, en 2013, Pages Jaunes a étendu sa campagne de responsabilité sociale d’entreprise MAMQ aux villes de Montréal, Vancouver, Calgary et Ottawa en 2014. Pour célébrer les petites entreprises et inciter les Canadiens à faire des achats locaux, l’événement MAMQ a eu lieu au cours d’une fin de semaine durant laquelle plusieurs Canadiens font des achats chez des détaillants américains pour profiter des rabais du Vendredi fou et du Cyberlundi. En 2014, l’événement MAMQ a obtenu un appui important de la part des célébrités et des médias locaux, en plus de la participation de 200 associations canadiennes de gens d’affaires. Plus de 8 000 PME locales ont également participé à l’événement et ont téléchargé 6 000 rabais exclusifs aux médias numériques de PJ durant l’événement.

Finalement, puisque la marque « Pages Jaunes » demeure hautement reconnue et respectée et qu’elle reflète l’héritage de la marque de la Société qui, depuis 100 ans, sert de pont entre les entreprises et les clients à l’échelle du pays, la Société a officiellement changé son nom à celui de « Pages Jaunes Limitée » le 31 décembre 2014.

Attirer un bassin d’utilisateurs de grande valeur

Pour accroître l’utilisation de son réseau de médias numériques, générer plus d’occasions d’affaires pour les clients actuels et éventuels et finalement améliorer le rendement du capital investi, Pages Jaunes demeure engagée à offrir aux utilisateurs un contenu plus étoffé et une expérience de recherche améliorée. Le total des visites sur nos médias numériques, c’est-à-dire le nombre de visites sur les médias fixes et mobiles PJ, RedFlagDeals, PJ ShopWise et C411, a augmenté pour atteindre 424,1 millions en 2014, ce qui représente une croissance de 6,8 % d’un exercice à l’autre, par rapport à 397,1 millions de visites en 2013. Pour le trimestre clos le 31 décembre 2014, le total des visites sur nos médias numériques a atteint 117,4 millions, une augmentation de 14,2 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent.

La Société cherche à accroître la fréquence d’utilisation de ses médias numériques et l’engouement des clients envers ceux-ci en offrant aux acheteurs un contenu local plus pertinent et unique en son genre. Pour améliorer l’exactitude de ses renseignements sur les entreprises, la Société a éliminé presque toutes les inscriptions d’affaires périmées, obsolètes et répétitives publiées dans l’ensemble de son réseau de médias. En outre, la base de données de renseignements sur les marchands de Pages Jaunes continue de croître rapidement. Les médias de la Société comptent maintenant 1,8 million d’inscriptions et plus de 480 000 profils de marchands comportant des images, des vidéos, des liens vers des sites Web, des fonctionnalités cartographiques, des rabais, des évaluations et des avis. Du contenu éditorial est également publié en vue de promouvoir la recherche locale dans le quartier et d’étendre l’expérience des utilisateurs au-delà de la recherche d’entreprise. PJ.ca offre désormais aux acheteurs la capacité de découvrir les meilleurs marchands dans leur quartier et aux alentours et de consulter une série d’articles (Trucs pratiques) pour les aider à prendre des décisions plus éclairées dans des domaines comme la santé, les finances personnelles, la rénovation, les voyages, le magasinage, ainsi que dans d’autres domaines.

En 2014, la Société a lancé de nouvelles versions de PJ.ca et de l’application mobile PJ, de PJ Shopwise et de C411, lesquelles offrent aux utilisateurs une interface plus intuitive, des fonctionnalités de recherche plus dynamiques et des temps de réponse plus rapides. Ces améliorations ont été bien reçues par la communauté numérique, les applications PJ Shopwise et C411 ayant toutes deux reçues la mention « meilleure nouvelle application » dans l’App Store au Canada. L’application mobile PJ a également été choisie comme l’une des meilleures nouvelles applications de 2014 par Apple et a été incluse dans le palmarès des meilleures applications de 2014 des éditeurs de Google Play. En décembre 2014, Pages Jaunes a conclu l’acquisition de 4400438 Canada Inc., qui exerce ses activités sous la raison sociale Bookenda, et des activités de Candia Digital Group Inc. (dine.TO) en vue de se doter du talent et des technologies nécessaires pour accélérer le développement des nouveaux médias numériques. Grâce à leur forte présence dans le secteur de la restauration de la région du Grand Montréal, les médias numériques de Bookenda offrent aux utilisateurs et aux marchands une plateforme transactionnelle en ligne de premier plan qui leur permet d’interagir et de gérer facilement les réservations. Quant à dine.TO, elle détient et exploite des guides numériques de restaurants dans la région du Grand Toronto et offre aux utilisateurs une base de données exhaustive d’inscriptions de restaurants locaux, de critiques, de rabais, de listes de lecture et d’événements ainsi que des capacités de commande en ligne en temps réel.

Répondre aux besoins des clients

Pages Jaunes doit renouer avec la croissance du nombre de clients afin d’atteindre ultimement une croissance à long terme durable des produits et du BAIIA. Au 31 décembre 2014, le nombre de clients de la Société s’établissait à 256 000, comparativement à 276 000 clients à la période correspondante de l’exercice précédent, ce qui représente une diminution de 20 400 clients en 2014, contre 33 100 clients à l’exercice précédent. L’acquisition de nouveaux clients a continué de s’accélérer au cours du quatrième trimestre de 2014, stimulée par l’expansion de l’équipe de vente, par le lancement de produits numériques d’entrée de gamme et par la présentation de nouveaux programmes de stimulants à la vente. Pour la période de douze mois close le 31 décembre 2014, PJ a acquis 22 100 nouveaux clients, ce qui surpasse son objectif de 20 000 nouveaux clients pour 2014. Le taux d’acquisition des clients est également demeuré important par rapport aux périodes précédentes, en hausse comparativement à 15 200 clients pour la période correspondante de l’exercice précédent et à 20 200 pour la période de douze mois close le 30 septembre 2014. Pour la période de douze mois close le 31 décembre 2014, le taux de renouvellement parmi les clients de PJ a atteint 84 %, ce qui représente une légère baisse par rapport à 85 % à la période correspondante de l’exercice précédent. La pénétration de la Solution 360º Pages JaunesMC (360º) auprès des clients, que nous définissons comme les clients qui achètent au moins trois catégories de produits, a augmenté pour atteindre 36,6 % au 31 décembre 2014, ce qui constitue une hausse par rapport à 27,1 % pour la période correspondante de l’exercice précédent, et continue de protéger le taux de rétention. Le taux de renouvellement de la part des clients de la Solution 360º a atteint 90 % pour la période de douze mois close le 31 décembre 2014, contre 82 % parmi les clients qui ne profitent pas de la Solution 360º. La Société a continué d’étendre la proposition de valeur de la Solution 360º aux PME locales en 2014; elle a lancé les nouvelles solutions d’affichage numérique ciblé et solutions Facebook tout au long de 2014. La solution d’affichage numérique ciblé aide les entreprises locales à accroître leur visibilité en ligne en exposant les consommateurs locaux en ligne à leurs bannières publicitaires numériques, tandis que les solutions Facebook permettent aux PME d’établir et de maintenir une bonne visibilité sur le principal média social.

Les efforts récemment déployés en vue d’améliorer l’expérience client globale ont également joué un rôle clé au maintien du taux de fidélisation des clients. En 2014, PJ a lancé son site en ligne remanié interentreprises Carrefour Affaires 360º (http://carrefouraffaires.pj.ca/), qui offre maintenant aux PME des fonctionnalités libre-service comme la capacité d’inscrire et de demander des inscriptions d’affaires, de mettre à jour leur profil de marchand et d’y ajouter de l’information, de suivre l’évolution de leurs campagnes de marketing et de payer leurs factures. Des technologies sont également déployées dans l’ensemble de l’organisation en vue d’offrir aux PME des solutions numériques de qualité et d’accroître la satisfaction des clients. Au quatrième trimestre de 2014, Pages Jaunes a mis en œuvre un nouveau système de gestion des processus d’affaires, ce qui a donné à ses équipes d’exécution des commandes de produits numériques des capacités accrues en matière de gestion de contenu et une procédure de gestion des commandes plus adaptable en vue de favoriser la livraison de solutions en temps opportun pour des sites Web. La Société augmente également le nombre d’employés que comptent ses équipes de service à la clientèle et leur offre actuellement de meilleurs outils pour accroître la vitesse et la qualité de la résolution de problèmes.

Acquisition de clients et renouvellement des contrats

1 En excluant l’apport de 411 et de PJ Immobilier.
2 Clients des principales activités de PJ seulement, en excluant l’incidence des clients de Mediative, de 411 et de PJ Immobilier.
Pour les exercices clos les 31 décembre
  2014 2012
Nombre de clients1 256 000 276 000
Taux de renouvellement des contrats par les clients2 84% 85%
Nouveaux clients2 22 100 15 200
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Investir dans les employés

Les employés de Pages Jaunes sont un facteur clé de la réussite de sa transformation numérique. En 2014, la Société a embauché plus de 300 professionnels des médias numériques et des systèmes d’information et de technologies de l’information pour contribuer à la réalisation du plan. Les employés ont obtenu l’accès à un catalogue plus important et exhaustif de cours et de programmes de formation en vue de favoriser l’acquisition de connaissances dans le domaine numérique au sein de l’organisation. Parallèlement, Pages Jaunes a organisé des conférences en vue de promouvoir la mobilisation d’un service à l’autre, d’offrir aux employés une meilleure compréhension des objectifs et des initiatives qui sous-tendent le plan, et de leur rôle en tant qu’agents du changement dans le cadre de la transformation numérique de la Société. La rétroaction reçue à l’égard de ces événements a été positive; les employés ont dit avoir apprécié l’ouverture, la transparence et l’interaction de l’équipe de direction, et avoir davantage confiance en la capacité de la Société de réaliser le plan.

Améliorer l’efficience

La Société continue de simplifier activement ses activités en vue d’encourager les économies de coûts et de protéger la rentabilité et la production de flux de trésorerie à long terme. Pages Jaunes exerce actuellement ses activités en vertu d’un nouveau modèle de distribution des annuaires imprimés et a internalisé une partie de ses activités de distribution, tout en harmonisant mieux la distribution des annuaires en fonction de l’utilisation qu’en font les consommateurs. La Société réalisera également des économies de coûts grâce à la mise hors service et au remplacement continus des systèmes traditionnels de publication imprimée et des centres de données de systèmes d’information et de technologies de l’information traditionnels, et grâce à l’optimisation de nombreux processus liés au service à la clientèle et au traitement des commandes de produits numériques.

RÉSULTATS D’EXPLOITATION ET FINANCIERS CONSOLIDÉS
(en milliers de dollars canadiens, sauf l'information sur les actions)
Téléchargez le document Excel (XLS 56Ko)

Pour les exercices clos les 31 décembre
  2014 2013 2012
Produits 877 528$ 971 761$ 1 107 715$
Coûts d’exploitation 561 552 555 649 538 335
Bénéfice d’exploitation avant amortissements, dépréciation du goodwill, des immobilisations incorporelles et des immobilisations corporelles et frais de restructuration et charges spéciales (BAIIA) 315 976 416 112 569 380
Amortissements 78 076 60 164 104 293
Dépréciation du goodwill, des immobilisations incorporelles et des immobilisations corporelles –   –   3 267 847
Frais de restructuration et charges spéciales 18 359 23 338 44 923
Bénéfice opérationnel (perte opérationnelle) 219 541 332 610 (2 847 683)
Charges financières, montant net 72 116 93 357 155 968
Profit au règlement de la dette –   –   (978 589)
Bénéfice (perte) avant dividendes sur actions privilégiées de séries 1 et 2, impôt sur le résultat et bénéfices liés aux participations dans des entreprises associées 147 425 239 253 (2 025 062)
Dividendes sur actions privilégiées de séries 1 et 2 –   –   17 694
(Économie) charge d’impôt sur le résultat (40 937) 63 421 (78 809)
Bénéfices liés aux participations dans des entreprises associées (178) (698) (1 893)
Bénéfice net (perte nette) 188 540$ 176 530$ (1 962 054)$
Bénéfice (perte) de base par action attribuable aux détenteurs d’actions ordinaires 6,95$ 6,34$ (70,95)$
Bénéfice (perte) dilué(e) par action attribuable aux détenteurs d’actions ordinaires 5,81$ 5,46$ (70,95)$
Total de l’actif 1 749 560$ 1 794 034$ 1 756 476$
Dette à long terme (y compris la tranche à court terme, en excluant les débentures échangeables) 507 911$ 647 468$ 801 831$
Débentures échangeables 88 959$ 87 934$ 86 667$
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

ANALYSE DES RÉSULTATS D’EXPLOITATION ET FINANCIERS CONSOLIDÉS

COMPARAISON DE L’EXERCICE 2014 ET DE L’EXERCICE 2013

Produits

Les produits ont diminué de 9,7 % pour s’établir à 877,5 M$ en 2014, comparativement à 971,8 M$ en 2013. Les produits continuent surtout de subir l’incidence de la perte globale de clients. Pour contrebalancer ces tendances et retourner à une croissance du nombre de clients d’ici 2017, Pages Jaunes continue d’investir afin d’accélérer le rythme annualisé d’acquisition de clients et d’offrir une expérience améliorée aux clients actuels et futurs.

Bien que les produits tirés des médias imprimés soient en baisse, le taux de recul de ces produits se stabilise. En 2014, les produits consolidés tirés des médias imprimés ont diminué de 23,1 % d’un exercice à l’autre pour se chiffrer à 434,7 M$. Pour stimuler les produits tirés des médias imprimés, la Société a lancé l’initiative Simplification de l’annuaire imprimé (« SAI ») dans certains marchés ruraux en 2014. En augmentant la taille des publicités imprimées sans coûts additionnels pour le client ou presque, l’initiative SAI assure le taux de renouvellement de la part des clients tout en préservant le contenu et en faisant la promotion de l’utilisation de ses annuaires imprimés. L’initiative simplifie également le processus de vente pour nos conseillers média en réduisant le nombre de produits imprimés à présenter aux clients. Compte tenu de son succès dans les marchés ruraux, l’initiative SAI sera étendue à presque tous les marchés ruraux et urbains ainsi qu’à certains grands marchés urbains en 2015.

Les produits consolidés tirés des médias numériques se sont élevés à 442,8 M$ en 2014, soit une augmentation de 9 %. Nous avons franchi une étape importante en 2014 : les produits consolidés tirés des médias numériques ont représenté plus de 50 % des produits. Pour l’exercice clos le 31 décembre 2014, les produits consolidés tirés des médias numériques ont représenté 50,5 % des produits consolidés, soit une hausse comparativement à 41,8 % pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les produits tirés des médias numériques relativement aux principales activités de PJ, compte non tenu de l’incidence de Mediative, de 411 et de PJ Immobilier, ont augmenté de 9,1 % d’un exercice à l’autre. Cette croissance continue d’être stimulée par la migration continue des dépenses des clients des médias imprimés vers les solutions numériques, ainsi que par l’accélération de l’acquisition de clients, la majorité des nouveaux clients n’achetant que des produits numériques. Au 31 décembre 2014, le nombre de clients recourant exclusivement aux médias numériques a augmenté pour s’établir à 37 000, comparativement à 23 900 à la même date à l’exercice précédent. Les clients recourant exclusivement aux médias numériques représentaient 14,5 % de la clientèle de PJ au 31 décembre 2014, en hausse par rapport à 8,7 % à la période correspondante de l’exercice précédent.

Au 31 décembre 2014, 57,3 % des clients de PJ achetaient nos produits de placement prioritaire en ligne détenus et exploités, comparativement à 47,1 % à la même date à l’exercice précédent. L’adoption de nos produits de positionnement prioritaire mobile s’est également accrue, avec un taux de pénétration de la clientèle atteignant 24,1 % au 31 décembre 2014, comparativement à 14,9 % à l’exercice précédent. Pages Jaunes continue d’investir dans l’augmentation du trafic sur l’ensemble de son réseau de solutions numériques en vue de favoriser la fidélisation et l’acquisition de clients ainsi que le rendement du capital investi à l’égard de l’ensemble de ses produits de positionnement prioritaire détenus et exploités. De plus, bénéficiant de l’adoption continue de la Solution 360º PJ dans les canaux de vente de la Société, les unités génératrices de produits1, 2 (« UGP ») par client ont également continué d’augmenter, passant de 1,81 au 31 décembre 2013 à 1,87 au 31 décembre 2014.

PÉNÉTRATION DE LA CLIENTÈLE2

1Les unités génératrices de produits évaluent le nombre de groupes de produits choisis par les clients de PJ.
2Clients des principales activités de PJ seulement, en excluant l’incidence des clients de Mediative, de 411 et de PJ Immobilier.
3Pourcentage des clients de PJ qui achètent au moins un produit de positionnement prioritaire en ligne, de positionnement prioritaire mobile, lié au profil d’entreprise virtuel, lié à la vidéo HD ou traditionnel.
4Pourcentage des clients de PJ qui achètent au moins un produit de gestion de site Web, d’OMR, de MMR, de solution Facebook ou d’affichage numérique ciblé.
Aux 31 décembre
  2014 2013
Médias imprimés 85% 91%
Médias numériques détenus et exploités3 63% 61%
Positionnement prioritaire en ligne 57% 47%
Positionnement prioritaire mobile 24% 15%
Positionnement traditionnel 4% 14%
Services numériques4 10% 9%
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Variation des dépenses

Pour les exercices clos les 31 décembre
  2014 2013
Chez les clients qui ont renouvelé leur contrat1  
Augmentation des dépenses2  
Distribution des clients 31% 26%
% des produits 30% 29%
Dépenses stables3  
Distribution des clients 51% 55%
% des produits 30% 27%
Diminution des dépenses4  
Distribution des clients 18% 19%
% des produits 40% 44%
Produits moyens par client5 3 189$ 3 259$
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

INDICATEURS D’EXPLOITATION

1Clients des principales activités de PJ seulement, en excluant l’incidence des clients de Mediative, de 411 et de PJ Immobilier.
2Clients de PJ qui ont renouvelé leur contrat et qui ont enregistré une augmentation des dépenses plus de 5 % d’un exercice à l’autre.
3Clients de PJ qui ont renouvelé leur contrat et qui ont enregistré une augmentation des dépenses allant de 0 % à 5 % d’un exercice à l’autre.
4Clients de PJ qui ont renouvelé leur contrat et qui ont enregistré une diminution des dépenses d’un exercice à l’autre.
5Exclut l’apport de 411 et de PJ Immobilier.
6APour les exercices clos les 31 décembre.
Aux 31 décembre
  2014 2013
Taux de pénétration de la Solution 360º PJ1 36,6% 27,1%
UGP par client1 1,87 1,81
Clients recourant exclusivement aux médias numériques1 37 000 23 900
Produits tirés des médias numériques (en milliers de dollars canadiens)6 442 830$ 406 311$
Produits consolidés tirés des médias numériques en pourcentage du total des produits6 50,5% 41,8%
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

BAIIA

Le BAIIA a diminué de 100,1 M$ pour s’établir à 316 M$ en 2014, comparativement à 416,1 M$ en 2013. La diminution du BAIIA est imputable principalement à la baisse des produits, combinée à une baisse de la marge sur BAIIA. Notre marge sur BAIIA pour 2014 s’est établie à 36 %, comparativement à 42,8 % pour 2013. La baisse des produits et les investissements supplémentaires relatifs au plan de retour à la croissance sont les principaux facteurs expliquant la diminution de la marge sur BAIIA en 2014.

Le coût des produits vendus a diminué de 10,7 M$ pour s’établir à 306,9 M$ pour 2014, comparativement à 317,6 M$ pour 2013. La diminution pour l’exercice découle de la diminution des coûts des produits vendus liée à la baisse des produits, de la diminution des coûts de fabrication liés aux médias imprimés et de la réduction de la main-d’œuvre en raison de la baisse dans nos secteurs traditionnels. Ces économies de coûts ont été en partie contrebalancées par une augmentation des coûts liés à la prestation et à l’exécution de nos produits et services numériques et des charges liées à 411, une société acquise en 2014.

Pour 2014, la marge brute a diminué pour s’établir à 65 %, comparativement à 67,3 % pour 2013. La diminution est principalement attribuable à une diminution des produits tirés des médias imprimés.

Les frais généraux et d’administration ont augmenté de 16,6 M$ pour s’établir à 254,7 M$ en 2014, comparativement à 238,1 M$ pour la période correspondante de 2013. L’augmentation est essentiellement attribuable aux investissements au titre de la transformation numérique, facteur contrebalancé en partie par une diminution des créances douteuses et par un avantage non récurrent lié au dénouement favorable d’un litige.

Amortissements

Les amortissements ont augmenté, passant de 60,2 M$ en 2013 à 78,1 M$ en 2014. L’augmentation s’explique par la hausse des dépenses d’investissement découlant du déploiement des systèmes et des plateformes à mesure que progresse la transformation numérique des activités de la Société.

Frais de restructuration et charges spéciales

En 2014, nous avons comptabilisé des frais de restructuration et charges spéciales de 18,4 M$ liés principalement aux réorganisations internes et à la réduction de la main-d’œuvre, partiellement contrebalancées par un gain de compression découlant de la réduction de la main-d’oeuvre. En 2013, nous avons comptabilisé des frais de restructuration et charges spéciales de 23,3 M$ qui étaient associés à une réduction de la main-d’œuvre d’environ 300 employés, à la résiliation et à la renégociation de certaines obligations contractuelles ainsi qu’au départ de l’ancien président et chef de la direction.

Charges financières

Les charges financières ont diminué de 21,2 M$ pour s’établir à 72,1 M$ au cours de 2014, comparativement à 93,4 M$ pour 2013. La diminution pour l’exercice clos le 31 décembre 2014 s’explique essentiellement par un plus faible niveau d’endettement et par une hausse des produits d’intérêts sur les actifs du régime à prestations définies. Au 31 décembre 2014, le taux d’intérêt effectif moyen sur notre portefeuille de titres d’emprunt s’établissait à 9 %, comparativement à 9,1 % en 2013.

(Économie) charge d’impôt sur le résultat

Les taux d’imposition combinés fédéral-provincial prévus par la loi se sont établis à 26,56 % et à 26,46 % pour les exercices clos les 31 décembre 2014 et 2013, respectivement. La Société a comptabilisé une économie d’impôt de 40,9 M$ pour l’exercice, comparativement à une charge de 63,4 M$ en 2013.

La différence entre le taux effectif et le taux prévu par la loi en 2014 tient essentiellement à une économie d’impôt de 84,8 M$ liée à l’annulation de certains passifs d’impôt au quatrième trimestre de 2014 à la suite du règlement d’avis de cotisation auprès de l’Agence du revenu du Canada.

La différence entre le taux effectif et le taux prévu par la loi en 2013 s’explique par le fait que certaines charges n’étaient pas déductibles aux fins de l’impôt.

Bénéfices liés aux participations dans des entreprises associées

Le 1er juin 2014, nous avons fait l’acquisition de la participation restante de 70 % dans 411. En 2014, nous avons comptabilisé un bénéfice de 0,2 M$ pour la période allant du 1er janvier 2014 à la date d’acquisition, comparativement à 0,7 M$ pour l’exercice clos le 31 décembre 2013. Les bénéfices liés à nos participations dans des entreprises associées pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 comprenaient l’amortissement des immobilisations incorporelles relatif à ce placement en titres de capitaux propres.

Bénéfice net

En 2014, nous avons comptabilisé un bénéfice net de 188,5 M$, comparativement à 176,5 M$ en 2013. Ce résultat tient essentiellement à la diminution du BAIIA, facteur plus que contrebalancé par une économie d’impôt de 84,8 M$ liée à l’annulation de certains passifs d’impôt au quatrième trimestre de 2014, à la suite du règlement d’avis de cotisation.

COMPARAISON DE L’EXERCICE 2013 ET DE L’EXERCICE 2012

Produits

Les produits ont diminué de 12,3 % pour s’établir à 971,8 M$ en 2013, comparativement à 1 107,7 M$ en 2012. Sur une base comparable, après ajustement pour tenir compte de l’abandon des activités liées aux annuaires de Canpages en 2012, les produits ont diminué de 10,7 % en 2013. Les produits continuent de subir l’incidence défavorable de la baisse des produits tirés des médias imprimés, les clients importants ayant réduit leurs dépenses de publicité imprimée, ainsi que de la baisse du nombre de clients de moindre envergure dont les dépenses sont limitées.

Les produits tirés des médias numériques se sont élevés à 406,3 M$ en 2013, soit une croissance de 10,6 %. Sur une base comparable, après ajustement pour tenir compte de l’abandon des activités liées aux annuaires de Canpages en 2012, les produits tirés des médias numériques ont augmenté de 12,5 % en 2013 par rapport à la période correspondante de 2012. Au quatrième trimestre de 2013, les produits tirés des médias numériques représentaient 45,1 % du total des produits, soit une hausse comparativement à 37,7 % à la période correspondante de 2012.

La croissance des produits tirés des médias numériques en 2013 découle de la migration en cours des clients des médias traditionnels aux produits et services numériques et de l’adoption continue de la Solution 360º PJ dans les canaux de vente de PJ. Ces facteurs ont également donné lieu à une amélioration des UGP par annonceur, qui sont passées de 1,74 au 31 décembre 2012 à 1,81 au 31 décembre 2013.

Au 31 décembre 2013, la Société comptait 276 000 clients, comparativement à 309 000 au 31 décembre 2012. Le taux de renouvellement de la part des clients a diminué, passant de 86 % pour la période de douze mois close le 31 décembre 2012 à 85 % pour la période correspondante de 2013. Au cours de 2013, PJ a attiré environ 15 200 nouveaux clients, comparativement à 17 300 pour 2012.

Pour l’exercice clos le 31 décembre 2013, 81 % des clients qui ont renouvelé leur contrat ont augmenté ou maintenu le niveau de leurs dépenses, comparativement à 82 % en 2012. Les clients ayant diminué leurs dépenses sont essentiellement des clients importants et ils représentaient environ 44 % des produits de PJ pour l’exercice clos le 31 décembre 2013.

BAIIA

Le BAIIA a diminué de 153,3 M$ pour s’établir à 416,1 M$ en 2013, comparativement à 569,4 M$ en 2012. La diminution du BAIIA est imputable à la pression exercée sur les produits tirés des médias imprimés, puisque la croissance des produits tirés de nos produits numériques n’a pas compensé la perte de produits tirés des médias imprimés, combinée à une baisse de la marge sur BAIIA. Notre marge sur BAIIA pour 2013 s’est établie à 42,8 %, comparativement à 51,4 % pour 2012. En plus de la diminution des produits, les modifications de la composition des produits, les investissements dans la transformation des activités et les charges liées aux employés ont principalement contribué à la diminution de la marge sur BAIIA. En 2013, nous avons également comptabilisé des provisions liées à des avis de cotisation pour les taxes de vente.

Le coût des produits vendus a diminué de 21,2 M$ pour s’établir à 317,6 M$ pour 2013, comparativement à 338,8 M$ pour 2012. La diminution pour 2013 découle essentiellement de la diminution des coûts des produits vendus liée à la baisse des produits et de la diminution des coûts de fabrication liée à la baisse des produits tirés des médias imprimés. Ces économies de coûts ont été en partie contrebalancées par une augmentation des coûts liés à la prestation et à l’exécution de nos services numériques.

Pour 2013, la marge brute a diminué pour s’établir à 67,3 %, comparativement à 69,4 % pour 2012. Cette baisse s’explique principalement par une modification de la composition des produits, qui inclut des marges plus faibles associées à certains de nos services numériques, notamment des sites Web, l’OMR et le MMR.

Les frais généraux et d’administration ont augmenté de 38,6 M$ pour s’établir à 238,1 M$ en 2013, comparativement à 199,5 M$ pour 2012. L’augmentation pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 est imputable à la hausse des charges liées aux employés, aux investissements dans la valorisation de la marque liés à notre campagne publicitaire Redécouvrez la vie de quartier, à des provisions non récurrentes relatives à des avis de cotisation pour les taxes de vente et à des avantages sans effet sur la trésorerie plus faible qui découlent de la modification des régimes de retraite et d’avantages postérieurs à l’emploi de nos employés. Ces facteurs ont été compensés en partie par la diminution des créances douteuses.

Amortissements

Les amortissements ont diminué, passant de 104,3 M$ à 60,2 M$ en 2013. La diminution est principalement attribuable à la baisse de l’amortissement de certaines immobilisations incorporelles liées à l’acquisition de Canpages en 2010. Ces immobilisations incorporelles ont donné lieu à une charge d’amortissement plus élevée en 2012 et ont été entièrement radiées au cours de l’exercice précédent. De plus, le prix de base de certaines immobilisations corporelles et incorporelles était moins élevé en 2013 en raison de la perte de valeur de 300 M$ comptabilisée au quatrième trimestre de 2012.

Dépréciation du goodwill, des immobilisations incorporelles et des immobilisations corporelles

Au cours du premier trimestre de 2012, des indicateurs selon lesquels les actifs de la Société pourraient avoir subi une dépréciation ont été repérés, ce qui a entraîné la nécessité pour la Société d’effectuer un test de dépréciation. De plus, par suite de la clôture de la restructuration du capital au quatrième trimestre de 2012 et de l’émission de nouveaux titres d’emprunt, de nouvelles actions et de nouveaux bons de souscription d’actions, dans le cadre de la restructuration du capital de même que dans le cadre de son test de dépréciation annuel, la Société a déterminé que la recouvrabilité de certains de ses actifs devait être examinée pour évaluer s’ils avaient subi une dépréciation. En conséquence, nous avons comptabilisé des charges de 3 267,8 M$ en 2012 relativement à la dépréciation du goodwill et de certaines de nos immobilisations incorporelles et de nos immobilisations corporelles. Aucune charge de la sorte n’a été comptabilisée au cours de 2013.

Frais de restructuration et charges spéciales

En 2013, nous avons comptabilisé des frais de restructuration et charges spéciales de 23,3 M$ qui étaient associés à une réduction de la main-d’œuvre d’environ 300 employés, à la résiliation et à la renégociation de certaines obligations contractuelles ainsi qu’au départ de l’ancien président et chef de la direction. En 2012, nous avons engagé des frais de restructuration et charges spéciales de 44,9 M$ associés à une réduction de la main-d’œuvre, au déplacement de certains centres d’excellence ainsi qu’à la résiliation et à la renégociation de certaines obligations contractuelles.

Charges financières

Les charges financières ont diminué de 62,6 M$ pour s’établir à 93,4 M$ au cours de 2013, comparativement à 156 M$ pour 2012. La diminution pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 s’explique essentiellement par un plus faible niveau d’endettement et des coûts de financement différés moins élevés par suite de l’opération de restructuration du capital de décembre 2012. En 2013, nous avons engagé des intérêts sur la dette à long terme de 79 M$ et des coûts de financement différés de 0,1 M$, comparativement à des intérêts sur la dette à long terme de 119,3 M$ et des coûts de financement différés de 8,4 M$ pour l’exercice précédent. Au cours de 2013, la Société a acheté sur le marché libre 8 M$ de billets garantis de premier rang pour une contrepartie en espèces totale de 8,3 M$ et a exercé son option de rachat visant 27 M$ de billets garantis de premier rang, pour une contrepartie en espèces totale de 28,4 M$. Une perte totale de 1,7 M$ a été comptabilisée en résultat net au titre des charges financières. En 2012, nous avons engagé une charge de 18,5 M$ relativement à une option à l’égard de notre participation dans une entreprise associée. Aucune charge de la sorte n’a été comptabilisée en 2013. Aux 31 décembre 2013 et 2012, le taux d’intérêt effectif moyen sur notre portefeuille de titres d’emprunt s’établissait à 9,1 %.

Profit au règlement de la dette

Au cours du quatrième trimestre de 2012, nous avons comptabilisé un profit de 978,6 M$ au règlement de la dette dans le cadre de la restructuration du capital, déduction faite des frais connexes de 69,5 M$, de la radiation des coûts de financement différés de 16,3 M$, des profits différés de 5,5 M$, d’une composante capitaux propres de 7,2 M$ et d’une composante dérivée de 0,6 M$ associée à nos anciens instruments d’emprunt.

Dividendes sur actions privilégiées de séries 1 et 2

Les dividendes sur les deux séries d’actions privilégiées rachetables se sont élevés à 17,7 M$ pour l’exercice clos le 31 décembre 2012. Dans le cadre de l’opération de restructuration du capital de décembre 2012, ces actions privilégiées ont été annulées.

Charge (économie) d’impôt sur le résultat

Le taux d’imposition combiné fédéral-provincial prévu par la loi s’est établi à 26,46 % et à 26,31 % pour les exercices clos les 31 décembre 2013 et 2012, respectivement. La Société a comptabilisé une charge de 63,4 M$ pour l’exercice, comparativement à une économie de 78,8 M$ en 2012. La Société a comptabilisé une charge d’impôt de 26,51 % sur le bénéfice pour l’exercice clos le 31 décembre 2013.

La Société a inscrit une économie d’impôt de 3,9 % au titre de la perte pour l’exercice clos le 31 décembre 2012. La différence entre le taux effectif et le taux prévu par la loi en 2012 s’explique par le profit au règlement de la dette, contrebalancé par les pertes en capital non comptabilisées sur les participations dans les filiales, ainsi que par une charge pour perte de valeur de 3 267,8 M$, laquelle n’était pas entièrement déductible aux fins de l’impôt. N’eussent été ces éléments, le taux d’imposition effectif en 2012 aurait été conforme au taux prévu par la loi.

Bénéfices liés aux participations dans des entreprises associées

Au cours de 2013, nous avons comptabilisé un bénéfice lié à notre participation dans une entreprise associée de 0,7 M$, comparativement à 1,9 M$ pour la période correspondante de 2012. Depuis le 1er janvier 2012, nous ne comptabilisons plus notre participation dans Acquisio selon la méthode de la mise en équivalence, et nous avons comptabilisé un profit de 2,1 M$ en 2012 par suite de la réévaluation de ce placement. Nos bénéfices liés à nos participations dans des entreprises associées comprenaient l’amortissement des immobilisations incorporelles relatif à ces placements en titres de capitaux propres.

Bénéfice net (perte nette)

En 2013, nous avons comptabilisé un bénéfice net de 176,5 M$, comparativement à une perte nette de 1 962,1 M$ en 2012. L’augmentation du bénéfice est essentiellement attribuable à la dépréciation du goodwill et de certaines immobilisations incorporelles et immobilisations corporelles de 3 267,8 M$ comptabilisée en 2012, compensée par le profit au règlement de la dette de 978,6 M$ comptabilisé en 2012, la baisse des amortissements de 44,1 M$, la baisse des frais de restructuration et charges spéciales de 21,6 M$ et la baisse des charges financières de 62,6 M$, facteurs contrebalancés en partie par une hausse de la charge d’impôt de 142,2 M$ et la baisse du BAIIA de 153,3 M$.

Sommaire des résultats consolidés trimestriels

Résultats trimestriels
(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action)
Téléchargez le document Excel (XLS 38Ko)

  2014   2013
  T4 T3 T2 T1 T4 T3 T2 T1
Produits 215 319$ 218 427$ 220 579$ 223 203$ 237 951$ 237 350$ 243 183$ 253 277$
Coûts d'exploitation 150 487 143 165 139 318 128 582 146 698 135 203 135 949 137 799
Bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et charges spéciales (BAIIA) 64 832 75 262 81 261 94 621 91 253 102 147 107 234 115 478
Marge sur BAIIA 30,1% 34,5% 36,8% 42,4% 38,3% 43% 44,1% 45,6%
Amortissements 22 003 19 723 18 146 18 204 16 106 15 589 14 779 13 690
Frais de restructuration et charges spéciales 5 714 2 746 6 784 3 115 13 134 4 011 –   6 193
Bénéfice d'exploitation 37 115 52 793 56 331 73 302 62 013 82 547 92 455 95 595
Bénéfice net 95 225 26 542 27 551 39 222 30 964 41 775 50 326 53 465
Bénéfice de base par action attribuable aux détenteurs d’actions ordinaires 3,53$ 0,98$ 1,01$ 1,43$ 1,11$ 1,51$ 1,81$ 1,91$
Bénéfice dilué(e) par action attribuable aux détenteurs d’actions ordinaires 2,88$ 0,84$ 0,87$ 1,22$ 0,97$ 1,30$ 1,55$ 1,64$
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Les produits ont diminué de trimestre en trimestre, en raison de la perte généralisée de clients et de la réduction des dépenses de publicité imprimée de nos clients importants, contrebalancées en partie par une augmentation des produits tirés de nos médias numériques. Les produits tirés des médias imprimés non récurrents ont eu une incidence positive sur les produits du quatrième trimestre de 2013.

Au premier et au deuxième trimestres de 2013, des avantages sans effet sur la trésorerie de 2,6 M$ et de 4,6 M$, respectivement, liés aux modifications à nos régimes de retraite et d’avantages postérieurs à l’emploi, ont eu une incidence positive sur les coûts d’exploitation. Les résultats du quatrième trimestre de 2013 ont subi l’incidence défavorable de provisions non récurrentes relatives à un litige et à un avis de cotisation pour les taxes de vente, tandis que les résultats du premier trimestre de 2014 ont profité d’un avantage non récurrent lié à l’issue favorable d’un litige. Notre marge sur BAIIA a diminué tout au long de 2013 et de 2014, à l’exception du premier trimestre de 2014, ce qui s’explique principalement par la diminution des produits tirés des médias imprimés, la perte sur marge imputable à une modification de la composition des produits et les investissements effectués en vue de soutenir la transformation numérique, facteurs contrebalancés en partie par des améliorations au titre du recouvrement de nos créances clients découlant de la diminution des créances douteuses.

Les réductions de la main-d’œuvre et les initiatives de contrôle des coûts ont donné lieu à des frais de restructuration et des charges spéciales qui ont eu une incidence sur certains de nos résultats trimestriels présentés ci-dessus. L’augmentation d’un trimestre à l’autre de la dotation aux amortissements découle des dépenses d’investissement plus élevées liées au déploiement de plateformes à mesure que progresse la transformation numérique de la Société.

Au quatrième trimestre de 2014, notre bénéfice net a profité de l’incidence positive d’une économie d’impôt de 84,8 M$ lié à l’annulation de certains passifs d’impôt à la suite du règlement d’avis de cotisation.

ANALYSE DES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2014

Produits

Au cours du quatrième trimestre de 2014, les produits ont diminué de 9,5 % pour se chiffrer à 215,3 M$, contre 238 M$ à la période correspondante de l’exercice précédent. Les produits continuent surtout de subir l’incidence de la perte globale de clients.

Bien que les produits tirés des médias imprimés aient diminué, le taux de recul de ces produits se stabilise. Ces mêmes produits ont diminué de 24,6 % d’un exercice à l’autre pour s’établir à 98,4 M$ au quatrième trimestre de 2014 et au cours du quatrième trimestre de 2013, ils ont subi l’incidence favorable de transactions non récurrentes. En excluant ces produits non récurrents, les produits tirés des médias imprimés ont diminué de 22,4 % d’un exercice à l’autre.

Les produits consolidés tirés des médias numériques se sont élevés à 116,9 M$ au quatrième trimestre de 2014, soit une croissance de 8,9 % par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Pour le quatrième trimestre clos le 31 décembre 2014, les produits consolidés tirés des médias numériques ont représenté 54,3 % des produits consolidés, soit une augmentation par rapport à 45,1 % à la période correspondante de l'exercice précédent. Les produits tirés des médias numériques relativement aux principales activités de PJ, ce qui exclut l’incidence de Mediative, de 411 et de PJ Immobilier, ont augmenté de 6,5 % d’un exercice à l’autre au quatrième trimestre de 2014.

BAIIA

Le BAIIA a diminué de 26,4 M$ pour s’établir à 64,8 M$ au quatrième trimestre de 2014, comparativement à 91,3 M$ à la période correspondante de 2013. La diminution du BAIIA est imputable principalement à la baisse des produits, combinée à une baisse de la marge sur BAIIA. Notre marge sur BAIIA pour le quatrième trimestre de 2014 s’est établie à 30,1 %, comparativement à 38,3 % pour la période correspondante de 2013. La baisse des produits et les investissements relatifs au plan de retour à la croissance sont les principaux facteurs expliquant la diminution de la marge sur BAIIA pour le quatrième trimestre de 2014. La Société a largement accru ses dépenses au cours du quatrième trimestre de 2014 en vue de promouvoir la réalisation en temps opportun de son plan de retour à la croissance. Ces dépenses comprennent des investissements en vue de la valorisation et de la promotion de la marque, de l’acquisition de clients et du développement de médias numériques, en plus des dépenses de gestion de programme liées au lancement de nouveaux produits, à l’offre de services améliorés aux clients et à la réalisation d’efficiences opérationnelles.

Le coût des produits vendus a diminué de 1,2 M$ pour s’établir à 79,5 M$ au quatrième trimestre de 2014, comparativement à 80,7 M$ pour la période correspondante de 2013. La diminution pour le quatrième trimestre de 2014 découle essentiellement de la diminution des coûts des produits vendus liée à la baisse des produits, de la diminution des coûts de fabrication liés aux médias imprimés et de la réduction de la main-d’œuvre en raison du déclin dans nos secteurs traditionnels. Ces économies de coûts ont été en partie contrebalancées par une augmentation des coûts liés à la prestation et à l’exécution de nos produits et services numériques et des charges liées à 411, la société récemment acquise.

Au quatrième trimestre de 2014, la marge brute a reculé pour s’établir à 63,1 %, comparativement à 66,1 % pour la période correspondante de 2013. Le recul est principalement attribuable à une diminution des produits.

Les frais généraux et d’administration ont augmenté de 5 M$ pour s’établir à 71 M$ au cours du quatrième trimestre de 2014, comparativement à 66 M$ pour la période correspondante de 2013. L’augmentation tient essentiellement aux investissements dans notre transformation numérique, facteur partiellement contrebalancé par la diminution des créances douteuses et des charges relatives aux employés, ainsi que par une provision non récurrente relative à un litige comptabilisée au quatrième trimestre de 2013.

Amortissements

Les amortissements ont augmenté pour se chiffrer à 22 M$ au quatrième trimestre de 2014, alors qu’ils s’étaient établis à 16,1 M$ au quatrième trimestre de 2013. L’augmentation s’explique par des dépenses d’investissement découlant du déploiement de logiciels et du matériel des systèmes d’information et de technologies de l’information à mesure que progresse la transformation numérique des activités de la Société.

Frais de restructuration et charges spéciales

Au cours du quatrième trimestre de 2014, nous avons comptabilisé des frais de restructuration et des charges spéciales de 5,7 M$ liés principalement aux réorganisations internes et à la réduction de la main-d’œuvre, partiellement contrebalancés par un gain de compression lié à la réduction de la main-d’oeuvre. Au cours du quatrième trimestre de 2013, nous avons comptabilisé des frais de restructuration et charges spéciales de 13,1 M$ qui étaient principalement associés à une réduction de la main d’œuvre visant approximativement 300 employés ainsi qu’à la résiliation et à la renégociation de certaines obligations contractuelles.

Charges financières

Les charges financières ont diminué de 6,7 M$ pour s’établir à 17,2 M$ au quatrième trimestre de 2014, comparativement à 24 M$ à la période correspondante de 2013. La diminution pour le quatrième trimestre de 2014 s’explique essentiellement par un plus faible niveau d’endettement.

(Économie) charge d’impôt sur le résultat

Les taux d’imposition combinés fédéral-provincial prévus par la loi se sont établis à 26,56 % et à 26,46 % pour les trimestres clos les 31 décembre 2014 et 2013, respectivement. La Société a comptabilisé une économie de 379,2 % au quatrième trimestre de 2014, comparativement à une charge de 19 % des bénéfices pour la période correspondante de l’exercice précédent.

La différence entre le taux effectif et le taux prévu par la loi au quatrième trimestre de 2014 tient essentiellement à une économie d’impôt de 84,8 M$ liée à l’annulation de certains passifs d’impôt au quatrième trimestre de 2014, à la suite du règlement d’avis de cotisation auprès de l’Agence du revenu du Canada.

La différence entre le taux effectif et le taux prévu par la loi au quatrième trimestre de 2013 tient à la décomptabilisation d’attributs fiscaux précédemment constatés à l’égard d’actifs de nos filiales à l’étranger ainsi que d’éléments non imposables et non déductibles.

Bénéfices liés aux participations dans des entreprises associées

Le 1er juin 2014, nous avons fait l’acquisition de la participation restante de 70 % dans 411. Par conséquent, depuis le 1er juin 2014, les résultats de 411 sont consolidés avec ceux de PJ. Au cours du quatrième trimestre de 2013, nous avons comptabilisé un bénéfice de 0,2 M$ à l’égard de 411.

Bénéfice net

Nous avons comptabilisé un bénéfice net de 95,2 M$ au quatrième trimestre de 2014, comparativement à 31 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Ce résultat tient essentiellement à la diminution du BAIIA, facteur plus que contrebalancé par une économie d’impôt de 84,8 M$ liée à l’annulation de certains passifs d’impôt à la suite du règlement d’avis de cotisation.