Cette section évalue la structure du capital de la Société, sa situation de trésorerie et ses divers instruments financiers, y compris ses instruments d’emprunt.

Situation financière

Structure du capital
(en milliers de dollars canadiens)
Téléchargez le document Excel (XLS 34Ko)

1La dette nette est une mesure non définie par les IFRS qui représente la dette externe à long terme, déduction faite de la trésorerie et des équivalents de trésorerie, telles que ces mesures sont présentées conformément aux IFRS.
  Au 31 décembre 2014 Au 31 décembre 2013
Trésorerie et équivalents de trésorerie 102 776$ 202 287$
Billets garantis de premier rang 507 014$ 646 577$
Débentures échangeables 88 959$ 87 934$
Obligations en vertu de contrats de location-financement 897 891
Dette nette, déduction faite de la trésorerie et des équivalents de trésorerie1 533 115$ 781 691$
Capitaux propres attribuables aux actionnaires 494 094 544 495
Capitalisation totale 1 178 274$ 1 077 610$
Ratio de la dette nette sur la capitalisation totale 41,9% 49,5%
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Au 31 décembre 2014, la dette nette de Pages Jaunes totalisait 494,1 M$, comparativement à 533,1 M$ au 31 décembre 2013.

Le ratio de la dette nette sur le BAIIA des douze derniers mois1,2 s’établissait à 1,6 fois au 31 décembre 2014, comparativement à 1,3 fois au 31 décembre 2013. Cette augmentation est imputable à une baisse du BAIIA.

  • 1La dette nette est une mesure non définie par les IFRS qui représente la dette externe à long terme, déduction faite de la trésorerie et des équivalents de trésorerie, telles que ces mesures sont présentées conformément aux IFRS.
  • 2Bénéfice d’exploitation des douze derniers mois avant amortissements et frais de restructuration et charges spéciales (le « BAIIA des douze derniers mois »). Le BAIIA des douze derniers mois est une mesure non définie par les IFRS et, par conséquent, il pourrait ne pas être comparable à des mesures semblables utilisées par d’autres sociétés cotées en Bourse. Se reporter à la page 3 pour obtenir une définition du BAIIA.

Au 31 décembre 2013, la dette nette de Yellow Média se chiffrait à environ 533,1 M$. En comparaison, au 31 décembre 2012, la dette nette s’établissait à 781,7 M$.

Le ratio de la dette nette sur le BAIIA des douze derniers mois2 s’établissait à 1,3 fois au 31 décembre 2013, comparativement à 1,4 fois au 31 décembre 2012. L’amélioration est attribuable à la diminution du niveau d’endettement, contrebalancée en partie par la baisse du BAIIA.

Emprunt garanti par des actifs

En août 2013, la Société a conclu, par l’entremise de sa filiale Pages Jaunes Solutions numériques et médias Limitée, un emprunt garanti par des actifs de 50 M$, d’une durée de 5 ans, arrivant à échéance en août 2018. Cet emprunt est affecté aux besoins généraux de l’entreprise. L’emprunt garanti par des actifs permet à la Société d’avoir accès à des fonds sous la forme de prêts au taux préférentiel, de prêts au taux des acceptations bancaires ou de lettres de crédit. L’emprunt garanti par des actifs est garanti par une charge de premier rang sur les créances de la Société. L’emprunt est soumis à une réserve disponible de 5 M$ si le ratio de couverture des charges fixes de la Société est inférieur à 1,1 fois pour les douze derniers mois. Au 31 décembre 2014, le ratio de couverture des charges fixes était inférieur à 1,1 fois et la Société avait des lettres de crédit de 4,2 M$ émises et en cours. Par conséquent, une tranche de 40,8 M$ de l’emprunt garanti par des actifs était disponible au 31 décembre 2014. L’intérêt est calculé soit en fonction du taux des acceptations bancaires, soit en fonction du taux préférentiel canadien majoré d’une marge applicable.

Au 31 décembre 2014, la Société respectait toutes les clauses restrictives de la convention d’emprunt régissant l’emprunt garanti par des actifs.

Billets garantis de premier rang

Le 20 décembre 2012, la Société a émis, par l’entremise de sa filiale, Pages Jaunes Solutions numériques et médias Limitée, 800 M$ de billets garantis de premier rang à 9,25 % (les « billets garantis de premier rang ») échéant le 30 novembre 2018. Les intérêts sur les billets garantis de premier rang sont payables en espèces trimestriellement, à terme échu, en versements égaux, le dernier jour de février, de mai, d’août et de novembre de chaque année.

À ce jour, la Société a remboursé une tranche de 293 M$ de ses billets garantis de premier rang, dont une tranche de 153,4 M$ a été remboursée en 2013, et une tranche de 139,6 M$ en 2014.

Au 31 décembre 2014, la Société respectait toutes les clauses restrictives en vertu de l’acte de fiducie régissant les billets garantis de premier rang.

Rachat obligatoire

Aux termes de l’acte de fiducie régissant les billets garantis de premier rang, la Société doit utiliser un montant équivalant à 75 % de ses flux de trésorerie excédentaires consolidés pour la dernière période de six mois close le 31 mars ou le 30 septembre, selon le cas, pour racheter semestriellement le dernier jour de mai et de novembre de chaque année, à compter du 31 mai 2013, les billets garantis de premier rang à un prix de rachat équivalant à 100 % du capital auprès de leurs détenteurs, sur une base proportionnelle, à la condition que la Société maintienne un solde de trésorerie minimal de 75 M$ immédiatement après le paiement de rachat obligatoire. La condition du solde de trésorerie minimal de 75 M$ prévoit une réduction dans certains cas décrits dans l’acte de fiducie régissant les billets garantis de premier rang. Les flux de trésorerie excédentaires, selon la définition qui en est donnée dans l’acte de fiducie régissant les billets garantis de premier rang, désignent le total des flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ajusté pour tenir compte, entre autres, des paiements d’intérêts, de l’impôt et des régimes de rémunération des employés à long terme, de certains paiements de cotisations à des régimes de retraite ainsi que de l’acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles. Aux fins de la détermination des flux de trésorerie excédentaires consolidés, les déductions pour dépenses d’investissement et pour charges liées aux systèmes d’information et de technologies de l’information sont toutes deux limitées à 50 M$ par année. Dans d’autres circonstances, la Société pourrait également devoir effectuer des remboursements supplémentaires sur les billets garantis de premier rang (se reporter à l’acte de fiducie régissant les billets garantis de premier rang).

La Société devait effectuer des paiements de rachat obligatoire minimaux d’un montant global annuel de 75 M$ en 2014. En 2015, le montant global annuel des paiements de rachat obligatoire minimaux avait été établi à 50 M$ ou, si les paiements de rachat effectués en 2014 excédaient 75 M$, de 50 M$ moins le montant de cet excédent des paiements de rachat. La Société a effectué des paiements de rachat obligatoires de 139,6 M$ en 2014 (118,4 M$ en 2013), soit 64,6 M$ de plus de que le paiement de rachat obligatoire minimal de 75 M$ fixé pour 2014. Par conséquent, la Société a effectué ses paiements de rachat obligatoire minimaux pour 2014 et 2015 sur une base combinée. La Société doit également utiliser un montant équivalant à 75 % des flux de trésorerie excédentaires consolidés pour racheter semestriellement les billets garantis de premier rang.

Rachat optionnel

La Société peut racheter la totalité ou une partie des billets garantis de premier rang à son gré, sur préavis de 30 à 60 jours, à un prix de rachat égal à :

  • 105 % du capital, plus les intérêts courus et impayés à la date de rachat, le cas échéant, si le rachat est effectué avant le 31 mai 2017;
  • 100 % du capital, plus les intérêts courus et impayés à la date de rachat, le cas échéant, si le rachat est effectué le 31 mai 2017 ou après cette date.

Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2013, la Société a acheté sur le marché libre 8 M$ de billets garantis de premier rang pour une contrepartie en espèces totale de 8,3 M$ et a exercé son option de rachat visant 27 M$ de billets garantis de premier rang, pour une contrepartie en espèces totale de 28,4 M$. Une perte de 1,7 M$ a été comptabilisée en résultat net dans les charges financières.

Débentures échangeables

Le 20 décembre 2012, la Société a émis, par l’entremise de sa filiale, Pages Jaunes Solutions numériques et médias Limitée, 107,5 M$ de débentures échangeables subordonnées de premier rang (les « débentures échangeables ») échéant le 30 novembre 2022.

Les intérêts sur les débentures échangeables portent intérêt au taux de 8 % par année si, pour la période d’intérêt applicable, le paiement est en espèces, ou au taux de 12 % par année, pour la période d’intérêt applicable, si la Société choisit d’effectuer un paiement en nature des intérêts sur la totalité ou une partie des débentures échangeables en circulation, c’est-à-dire de payer les intérêts en débentures échangeables additionnelles. Les intérêts sur les débentures échangeables sont payables semestriellement, à terme échu, en versements égaux le dernier jour de mai et de novembre de chaque année.

Au 31 décembre 2014, la Société respectait toutes les clauses restrictives en vertu de l’acte de fiducie régissant les débentures échangeables.

Option d’échange

Les débentures échangeables sont échangeables au gré du détenteur contre de nouvelles actions ordinaires, en tout temps, à un prix d’échange par action ordinaire de 19,04 $, sous réserve d’un ajustement pour transactions précisées.

Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2014, des débentures échangeables d’une valeur nominale de 0,4 M$ ont été échangées contre 21 584 actions ordinaires de Pages Jaunes Limitée dont la juste valeur est de 0,5 M$ (néant en 2013).

Rachat optionnel

La Société peut, en tout temps à partir de la date à laquelle la totalité des billets garantis de premier rang ont été intégralement remboursés, racheter la totalité ou une partie des débentures échangeables à son gré, sur préavis de 30 à 60 jours, à un prix de rachat égal à :

  • 110 % du capital, plus les intérêts courus et impayés à la date de rachat, le cas échéant, si le rachat est effectué avant le 31 mai 2021.
  • 100 % du capital, plus les intérêts courus et impayés à la date de rachat, le cas échéant, si le rachat est effectué le 31 mai 2021 ou après cette date.

Notations

DBRS Limited Standard and Poor’s Rating Services
B (faible)/cote de l’émetteur – tendance positive B/cote de la Société – perspective stable
B (faible)/cote des billets garantis de premier rang BB-/cote des billets garantis de premier rang
CCC/cote des débentures échangeables CCC+/cote des débentures échangeables
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Le 21 novembre 2014, Standard & Poor’s Rating Services a relevé la notation de nos billets garantis de premier rang, la faisant passer de B+ à BB-. Le 29 août 2014, DBRS Limited a relevé la notation de nos billets garantis de premier rang, la faisant passer de CCC (élevé) à B (faible). Toutes les autres notations sont demeurées inchangées.

Liquidité

Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation et les fonds en caisse sont les principales sources de trésorerie de la Société. La Société prévoit générer suffisamment de liquidités pour financer ses dépenses d’investissement, ses besoins en fonds de roulement et ses obligations actuelles, notamment les rachats obligatoires de billets garantis de premier rang. Au 11 février 2015, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de la Société se chiffraient à environ 114,6 M$ et un montant de 40,8 M$ était disponible en vertu de l’emprunt garanti par des actifs.

Données sur les actions

Au 12 février 2015, les données sur les actions en circulation se présentaient comme suit :

Données sur les actions en circulation
Téléchargez le document Excel (XLS 31Ko)

1Au 12 février 2015, le montant en capital des débentures échangeables de Pages Jaunes en circulation s’élevait à 107,1 M$. Ce montant peut être échangé contre 5 624 422 actions ordinaires de Pages Jaunes Limitée à un prix d’échange de 19,04 $, sous réserve d’un ajustement pour transactions précisées, conformément à l’acte de fiducie régissant les débentures échangeables.
  Au 12 février 2015 Au 31 décembre 2014 Au 31 décembre 2013
Actions ordinaires en circulation 27 976 661 27 955 339 27 955 077
Débentures échangeables en circulation1 5 624 422 5 624 422 5 646 008
Bons de souscription d’actions en circulation 2 995 506 2 995 506 2 995 506
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Options

Le 20 décembre 2012, dans le cadre de la mise en œuvre de l’opération de restructuration du capital de Pages Jaunes, un nouveau régime d’options sur actions (le « régime d’options sur actions ») a été adopté. Le régime d’options sur actions vise à attirer et à conserver certains employés (les « participants ») de Pages Jaunes qui ont la capacité de contribuer de façon importante au succès de l’exploitation de l’entreprise, à offrir un incitatif significatif à la direction pour guider Pages Jaunes pendant la transition et la transformation de ses activités, ainsi qu’à mieux harmoniser les intérêts de la direction avec ceux des actionnaires de Pages Jaunes Limitée. Un nombre maximal de 1 290 612 options peut être attribué en vertu du régime d’options sur actions.

Le 6 mai 2013, 376 000 options ont été attribuées aux participants. Les options ont un prix d’exercice de 10,12 $ et les droits seront acquis à raison de 50 % en février 2015, de 25 % en février 2016 et de 25 % en février 2017.

Le 25 février 2014, 183 200 options ont été attribuées aux participants. Les options ont un prix d’exercice de 24,65 $ et les droits seront acquis à raison de 50 % en février 2016, de 25 % en février 2017 et de 25 % en février 2018.

Au cours du deuxième trimestre de 2014, un total de 12 600 options a été octroyé à certains participants. Les options ont un prix d’exercice moyen pondéré de 19,89 $ et les droits seront acquis à raison de 50 % en février 2016, 25 % en février 2017 et 25 % en février 2018. Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2014, 91 600 options d’un prix d’exercice moyen pondéré par option de 14,42 $ ont fait l’objet d’une renonciation. Les droits de ces options devaient être acquis entre février 2015 et février 2018.

Les options arrivent à échéance sept ans après la date d’attribution et les participants doivent détenir 25 % des actions ordinaires reçues dans le cadre de l’exercice des options jusqu’à ce qu’ils respectent les lignes directrices relatives à la propriété qui s’appliquent à leurs niveaux respectifs.

Obligations contractuelles et autres engagements

Obligations contractuelles
(en milliers de dollars canadiens)
Téléchargez le document Excel (XLS 33Ko)

1Montant en capital.
2Le remboursement des billets garantis de premier rang pourrait varier en fonction de la clause des flux de trésorerie excédentaires en vertu de l’acte de fiducie régissant les billets garantis de premier rang.
  Paiements exigibles pour les exercices postérieurs au 31 décembre 2014
  Total Moins de 1 an De 2 ans à 3 ans De 4 ans à 5 ans Plus de 5 ans
Dette à long terme1,2 507 014$ 102 795$ –  $ 404 219$ –  $
Obligations en vertu de contrats de location­financement1 897$ 357$ 342$ 198$ –  $
Débentures échangeables1 107 089$ –  $ –  $ –  $ 107 089$
Contrats de location simple 166 434$ 20 698$ 38 397$ 13 693$ 93 646$
Autres 77 057$ 49 496$ 20 653$ 4 570$ 2 338$
Total des obligations contractuelles 858 491$ 173 346$ 59 392$ 422 680$ 203 073$
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Obligations en vertu de contrats de location-financement

Nous concluons des contrats de location-financement relatifs à du matériel de bureau et à des logiciels. Au 31 décembre 2014, les paiements minimaux en vertu de ces contrats de location-financement jusqu’en 2019 totalisaient 0,9 M$.

Contrats de location simple

Nous louons nos locaux et notre matériel de bureau en vertu de divers contrats de location simple. Au 31 décembre 2014, les paiements minimaux en vertu de ces contrats de location simple jusqu’en 2034 totalisaient 166,4 M$.

Obligations d’achat

Pour la distribution et l’impression de nos annuaires, nous faisons appel à des fournisseurs externes; nous avons conclu des ententes à long terme avec un certain nombre d’entre eux. Ces ententes arrivent à échéance entre 2015 et 2038. Nous avons également des obligations d’achat en vertu de contrats de service pour les dépenses d’exploitation et les dépenses d’investissement. Au 31 décembre 2014, notre obligation visant l’achat de services au cours des cinq prochains exercices et des suivants se chiffrait à 76,8 M$. Nous utiliserons les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation pour financer ces obligations d’achat.

Obligations au titre des prestations de retraite

PJ a un régime de retraite enregistré auprès de l’Agence du revenu du Canada et de la Commission des services financiers de l’Ontario comportant des volets à prestations définies pour les employés embauchés avant le 1er janvier 2006 et à cotisations définies pour les employés établis ailleurs qu’au Québec qui ont été embauchés à compter du 1er janvier 2006 (le « régime de retraite de PJ »), ainsi qu’un régime à cotisations définies enregistré auprès de la Régie des rentes du Québec (le « régime de PJ pour les employés du Québec ») pour les employés établis au Québec qui ont été embauchés à compter du 1er janvier 2006. Les deux régimes couvrent ensemble la quasi-totalité des employés de la Société.

Au 31 décembre 2014, les actifs du volet à prestations définies du régime de retraite de PJ totalisaient 473,6 M$ et étaient investis dans un portefeuille diversifié de titres canadiens à revenu fixe et de titres de participation canadiens et internationaux. Le taux de rendement sur les actifs pour 2014 s’est établi à 12,4 %, soit un rendement inférieur de 0,1 % à celui de notre portefeuille de référence.

La plus récente évaluation actuarielle du volet à prestations définies du régime de retraite de PJ aux fins de capitalisation a été effectuée au 31 mai 2014. L’évaluation de mai 2014 a révélé un déficit de solvabilité de 144,6 M$, montant qui sera financé sur une période de cinq ans. La prochaine évaluation actuarielle devra avoir lieu au plus tard le 31 mai 2015.

En 2014, la Société a versé des cotisations annuelles équivalentes au coût des services rendus au cours de la période (le « coût annuel pour l’employeur ») de 35,6 M$, ce qui comprend un montant de 21,3 M$ pour financer le déficit. En 2015, le total des paiements en espèces devrait s’élever à 47,4 M$, dont une tranche de 32 M$ servira à financer le déficit.

Provenance et utilisation des flux de trésorerie

t

Provenance et utilisation des flux de trésorerie
(en milliers de dollars canadiens)
Téléchargez le document Excel (XLS 38Ko)

Exercices clos les 31 décembre
  2014 2013
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles  
Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation 151 302$ 302 218$
Variation des actifs et des passifs d’exploitation 5 205 38 462
  156 507$ 340 680$
Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement  
Acquisition d’immobilisations incorporelles (69 179)$ (54 584)$
Acquisition d’immobilisations corporelles (14 771) (11 743)
Acquisition d’entreprises, déduction faite de la trésorerie acquise (33 504) (3 581)
Produit du règlement d’un billet à recevoir 14 100 –  
Autres (116) 359
  (103 470)$ (69 549)$
Flux de trésorerie liés aux activités de financement  
Remboursement de la dette à long terme (140 098)$ (118 984)$
Achat d’actions restreintes (12 450) (6 630)
Remboursement optionnel de la dette à long terme –   (36 670)
Frais de restructuration du capital –   (6 641)
Contrepartie différée –   (5 624)
Autres –   (1 102)
  (152 548)$ (175 651)$
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation

Les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ont diminué de 150,9 M$, passant de 302,2 M$ pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 à 151,3 M$ pour la période correspondante de 2014, principalement en raison d’une baisse de 102,8 M$ du BAIIA en trésorerie, d’une hausse de 35,3 M$ de l’impôt sur le résultat payé, puisque Pages Jaunes n’a pas eu à verser des acomptes provisionnels en 2013, et d’une hausse de 10,7 M$ des paiements au titre des frais de restructuration et charges spéciales, principalement en raison du réalignement de la main-d’œuvre en novembre 2013.

Variation des actifs et des passifs d’exploitation

La variation des actifs et des passifs d’exploitation pour l’exercice clos le 31 décembre 2014 a donné lieu à une entrée de trésorerie de 5,2 M$, comparativement à 38,5 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2013, l’amélioration du recouvrement de nos créances clients a contribué en grande partie à l’entrée de trésorerie. Pour l’exercice clos le 31 décembre 2014, les actifs et les passifs d’exploitation sont demeurés relativement stables.

Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement

Les flux de trésorerie affectés aux activités d’investissement se sont établis à 103,5 M$ pour l’exercice clos le 31 décembre 2014, comparativement à 69,5 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2014, nous avons investi un montant de 69,2 M$ et de 14,8 M$, respectivement, dans le développement de logiciels et dans le matériel de sytèmes d’information et de technologies de l’information, comparativement à 54,6 M$ et à 11,7 M$, respectivement, au cours de la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation d’un exercice à l’autre tient à la hausse des charges de transformation liées au plan de retour à la croissance. En 2014, nous avons fait l’acquisition de la participation restante dans 411 pour une contrepartie nette de 22,7 M$, ainsi que les actions de Bookenda Inc. et les actifs de dine.TO pour une contrepartie globale en trésorerie de 10,8 M$. Ces activités d’investissement ont été contrebalancées en partie par la réception d’un produit en trésorerie de 14,1 M$ découlant du règlement d’un billet à recevoir dont la valeur comptable était de 15,3 M$. En 2013, nous avons acquis la tranche restante de 40 % de Mediative G.P. Inc. et de Mediative Performance L.P. contre une contrepartie en trésorerie de 3,6 M$.

ACQUISITION D’IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET INCORPORELLES, DÉDUCTION FAITE DES AVANTAGES INCITATIFS RELATIFS À UN BAIL
(en milliers de dollars canadiens)

Exercices clos les 31 décembre
  2014 2013
Investissements de maintien 17 084$ 15 973$
Investissements de croissance 68 489 44 562
Total 88 573$ 60 535$
Ajustement pour tenir compte des dépenses présentées selon la comptabilité de caisse (1 623) 4 907
Acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles, déduction faite des avantages incitatifs relatifs à un bail 83 950$ 65 442$
Cliquez ici pour ouvrir le tableau dans une nouvelle fenêtre

Les investissements de maintien sont liés aux activités en cours nécessaires pour maintenir l’intégrité de l’infrastructure. Ils comprennent également les investissements dans les améliorations locatives effectués au cours de 2013, alors que nous procédions à la reconfiguration de certains locaux afin de les adapter à nos équipes d’exécution des commandes de produits numériques en constante croissance. Les investissements de maintien se sont élevés à 17,1 M$ pour l’exercice clos le 31 décembre 2014, comparativement à 16 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Les investissements de croissance ont trait à l’élaboration et à la mise en œuvre de nouvelles technologies et de nouveaux logiciels visant de nouvelles initiatives, alors que nous poursuivons notre transformation en vue de devenir un chef de file du numérique local au Canada. Pour l’exercice clos le 31 décembre 2014, ces investissements ont totalisé 68,5 M$, comparativement à 44,6 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. En 2014, nos dépenses d’investissement se rapportaient principalement aux investissements effectués pour nos plateformes de vente et médiatiques, à la consolidation de nos plateformes de publication traditionnelles des médias imprimés, aux principaux projets d’infrastructure, comme nos nouveaux centres de données ainsi qu’à l’automatisation et la rationalisation de nos activités d’exécution des commandes de produits numériques.

Le total des dépenses d’investissement pour 2014 s’est chiffré à 85,6 M$. Le total des dépenses d’investissement pour 2015 devrait se chiffrer entre 70 M$ et 75 M$,

Flux de trésorerie liés aux activités de financement

Les flux de trésorerie liés aux activités de financement se sont établis à 152,5 M$ au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2014, comparativement à 175,7 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Au cours de l’exercice, nous avons remboursé une tranche de 139,6 M$ des billets garantis de premier rang, comparativement à un remboursement de 119 M$ et à un rachat de 35 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2014, nous avons acheté des actions ordinaires de Pages Jaunes sur le marché libre afin de financer le régime d’unités d’actions restreintes et d’unités d’actions liées à la performance à un coût de 12,5 M$, comparativement à 6,6 M$ au cours de la période correspondante de l’exercice précédent. Au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2013, nous avons payé des frais de 6,6 M$ à l’égard de notre restructuration du capital de 2012, et des frais de 5,6 M$ liés aux paiements futurs conditionnels à l’intention des anciens propriétaires des entreprises acquises.

Instruments financiers et autres instruments

(Se reporter à la note 22 des états financiers consolidés audités de la Société pour l’exercice clos le 31 décembre 2014.)

Les instruments financiers de la Société comprennent la trésorerie et les équivalents de trésorerie, les créances clients et autres débiteurs, les fournisseurs et autres créditeurs, la dette à long terme et les débentures échangeables.

Instruments dérivés

Les dérivés incorporés n’avaient aucune valeur comptable au 31 décembre 2014. La valeur comptable est établie au moyen des flux de trésorerie actualisés en fonction des taux du marché en vigueur à la clôture du trimestre, comme il est d’usage dans le secteur.