Communiqués de presse

Retour aux nouvelles

Pages Jaunes Limitée présente des résultats financiers et d’exploitation solides au troisième trimestre de 2020 et déclare un dividende en trésorerie

Montréal (Québec), le 12 novembre 2020 – Pages Jaunes Limitée (TSX : Y) (la « Société »), un chef de file en matière de médias numériques et de solutions marketing au Canada, a publié aujourd’hui ses résultats financiers et d’exploitation pour le trimestre et la période de neuf mois clos le 30 septembre 2020.

« Nous sommes très heureux de nos résultats du troisième trimestre et de la façon dont notre Société continue de gérer la pandémie de COVID-19 et de bâtir l’avenir », a déclaré M. David A. Eckert, président et chef de la direction de Pages Jaunes Limitée.

M. Eckert a commenté les principaux faits nouveaux du trimestre :

  • La trésorerie a continué d’augmenter. « En date d’aujourd’hui, nos fonds en caisse s’élèvent à environ 137 M$. Ce solde excède déjà largement le montant en capital de nos débentures échangeables, soit notre seule dette restante, qui s’élève à 107 M$, compte non tenu des obligations liées à des contrats de location. Comme nous l’avons annoncé précédemment, nous avons l’intention de rembourser ces débentures échangeables en totalité, à leur valeur nominale, le 31 mai 2021 ou autour de cette date. »
  • Dividende trimestriel en trésorerie2 déclaré. « Notre conseil a déclaré un dividende en trésorerie de 0,11 $ par action ordinaire, devant être versé le 15 décembre 2020 aux actionnaires inscrits le 27 novembre 2020. »
  • Offre publique de rachat dans le cours normal des activités visant les actions ordinaires en vigueur. « À la fin du troisième trimestre, la Société avait racheté 99 280 actions ordinaires en vertu de notre offre publique de rachat dans le cours normal des activités, pour un montant en trésorerie de 1,1 M$. Cette offre se poursuit. »
  • Effet modeste de la crise de la COVID-19 sur les produits. « Toutes nos activités se sont poursuivies sans relâche depuis le début de la crise de la COVID-19. Et l’effet de la crise sur nos produits pour le troisième trimestre n’a été, une fois de plus, que de quelques points de pourcentage. Les tendances au titre des commandes à livrer ne font qu’indiquer des effets modestes additionnels sur notre courbe des produits pour les prochains trimestres, puisque les ventes déjà enregistrées deviennent des produits comptabilisés »
  • Progrès en ce qui a trait aux initiatives à l’égard des produits. « Nous sommes sur la bonne voie pour doubler notre capacité de télévente d’ici la fin de l’exercice, afin d’augmenter considérablement l’acquisition de nouveaux comptes. Nous mettons également en œuvre nos programmes visant à augmenter l’offre au sein de notre solide portefeuille de produits. »
  • Bénéfice trimestriel solide. « Notre BAIIA ajusté1 pour le trimestre a représenté une proportion robuste de 34 % des produits, malgré la crise de la COVID-19, nos investissements dans des initiatives à l’égard des produits et certains charges non récurrentes. Nous nous engageons à générer de bons niveaux de trésorerie et de rentabilité, tout en effectuant les investissements ciblés nécessaires pour accentuer la courbe de nos produits afin d’atteindre la stabilité. »

 

1   Le BAIIA ajusté correspond au bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et autres charges (défini aux présentes comme le « BAIIA ajusté »), tel qu’il est présenté dans les états consolidés du résultat net de Pages Jaunes Limitée. Le BAIIA ajusté, la marge sur BAIIA ajusté, les dépenses d’investissement, le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement, la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement et la dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location sont des mesures financières non conformes aux PCGR et n’ont pas de signification normalisée selon les normes IFRS. Il est donc peu probable qu’ils soient comparables à des mesures semblables employées par d’autres sociétés ouvertes. Pour en savoir davantage, se reporter à la section « Mesures financières non conformes aux PCGR », à la page 5 du présent document.

2   Le dividende sera désigné comme dividende déterminé en vertu du paragraphe 89(14) de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) et de toute loi provinciale applicable se rapportant aux dividendes déterminés.

q3_fr1.png

Résultats du troisième trimestre de 2020

  • Le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement1 a totalisé 26,0 M$, et la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement1 s’est établie à 32,4 %.
  • Le bénéfice net a diminué de 4,8 M$, pour s’établir à 9,0 M$, soit un bénéfice dilué de 0,34 $ par action.
  • La situation de trésorerie s’est établie à 124,5 M$ à la fin de la période, et se chiffrait à environ 137,0 M$ au 11 novembre 2020.

Information sectorielle

Les activités de la Société sont classées en deux secteurs à présenter, soit : PJ et Autre.

  • Le secteur PJ offre aux petites et moyennes entreprises du Canada des solutions de marketing et de médias numériques et traditionnels, y compris le positionnement prioritaire en ligne et mobile sur les médias détenus et exploités de Pages Jaunes, la syndication de contenu, des solutions de moteurs de recherche, la réalisation de sites Web, la gestion de campagnes sur les médias sociaux, un service d’affichage numérique ainsi que la production vidéo et la publicité imprimée. Le secteur comprend aussi le service d’annuaire numérique 411.ca, qui aide les utilisateurs à trouver des personnes et des entreprises locales et à entrer en contact avec elles.
  • Le secteur Autre comprenait le média numérique PJ Resto, jusqu’à sa vente le 30 avril 2019 et Mediative, jusqu’à sa liquidation le 31 janvier 2019.

Un aperçu de chaque secteur et de sa performance pour les trimestres et les périodes de neuf mois clos les 30 septembre 2020 et 2019 est présenté dans le rapport de gestion du 12 novembre 2020.

Résultats financiers du troisième trimestre de 2020

Pour le troisième trimestre de 2020, les produits tirés du secteur PJ ont diminué de 17,8 M$, ou 18,2 % d’un exercice à l’autre, pour se chiffrer à 80,3 M$, comparativement à 98,1 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. La diminution pour le trimestre clos le 30 septembre 2020 est attribuable au recul de nos médias numériques et médias imprimés de PJ à marge plus élevée et, dans une moindre mesure, de nos services numériques à marge moins élevée, ce qui a exercé une pression sur nos marges brutes. Les produits du troisième trimestre de 2020 ont aussi été touchés par la pandémie de COVID-19, qui a eu une incidence sur les dépenses des clients et, dans une moindre mesure, sur les taux de renouvellement des clients.

1   Le BAIIA ajusté correspond au bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et autres charges (défini aux présentes comme le « BAIIA ajusté »), tel qu’il est présenté dans les états consolidés du résultat net de Pages Jaunes Limitée. Le BAIIA ajusté, la marge sur BAIIA ajusté, les dépenses d’investissement, le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement, la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement et la dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location sont des mesures financières non conformes aux PCGR et n’ont pas de signification normalisée selon les normes IFRS. Il est donc peu probable qu’ils soient comparables à des mesures semblables employées par d’autres sociétés ouvertes. Pour en savoir davantage, se reporter à la section « Mesures financières non conformes aux PCGR », à la page 5 du présent document.

Pour le trimestre clos le 30 septembre 2020, le BAIIA ajusté1 du secteur PJ a totalisé 27,3 M$, ou 34,0 % des produits, comparativement à 37,8 M$, ou 38,5 % des produits, pour la période correspondante de l’exercice précédent. La diminution du BAIIA ajusté et de la marge sur BAIIA1 ajusté au cours du troisième trimestre clos le 30 septembre 2020 est attribuable aux pressions exercées sur les produits dans le secteur PJ et à certains éléments non récurrents, partiellement contrebalancés par l’efficience au sein des ventes et de l’exploitation découlant des optimisations et des réductions des autres coûts d’exploitation, incluant des réductions de la main-d’œuvre et des charges connexes liées aux employés, des réductions des espaces de bureaux de la Société et d’autres réductions au titre des dépenses au sein du secteur. Les éléments non récurrents comprennent une augmentation de 4,0 M$ attribuable à la charge liée à l’acquisition des droits en vertu du régime incitatif à long terme du chef de la direction à la fin de son premier contrat au troisième trimestre de 2020, découlant de la hausse du cours de l’action de la Société, contrebalancée en partie par la subvention salariale d’urgence de 1,2 M$ reçue au cours du trimestre clos le 30 septembre 2020. Les effets modestes persistants de la pandémie de COVID-19 sur les produits, de même que l’augmentation de l’effectif de vente, exerceront une certaine pression sur la marge au cours des prochains trimestres.

Pour le troisième trimestre clos le 30 septembre 2020, le total des produits a diminué de 18,2 % d’un exercice à l’autre, pour s’établir à 80,3 M$, comparativement à 98,1 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Le BAIIA ajusté1 a diminué de 27,7 % pour se chiffrer à 27,3 M$, ou 34,0 % des produits, pour le troisième trimestre clos le 30 septembre 2020, comparativement à 37,8 M$, ou 38,5 % des produits, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement a diminué de 9,4 M$ pour s’établir à 26,0 M$ au cours du troisième trimestre de 2020, comparativement à 35,4 M$ au cours de la période correspondante de l’exercice précédent.

Pour le trimestre clos le 30 septembre 2020, le bénéfice net s’est établi à 9,0 M$, comparativement à un bénéfice net de 13,8 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. La baisse de 4,8 M$ de la rentabilité au cours du trimestre clos le 30 septembre 2020 par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent s’explique principalement par une baisse du BAIIA ajusté et une hausse des frais de restructuration et autres charges, qui ont été contrebalancées en partie par une baisse des charges financières et une baisse de la dotation aux amortissements.

Les flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation ont diminué de 17,9 M$, pour s’établir à 32,7 M$ pour le trimestre clos le 30 septembre 2020, comparativement à 50,6 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent, essentiellement en raison d’une diminution de 10,5 M$ du BAIIA ajusté et d’une diminution de 6,3 M$ de la variation des actifs et des passifs d’exploitation, puisque les résultats de 2019 avaient bénéficié du recouvrement des créances clients de Juice et de Mediative.

Au 30 septembre 2020, le total de la dette de la Société se chiffrait à 153,9 M$, comparativement à 156,4 M$ au 31 décembre 2019. Au 30 septembre 2020, la dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location1 de la Société se chiffrait à (24,0) M$, comparativement à une dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location de 54,1 M$ au 31 décembre 2019.

1 Le BAIIA ajusté correspond au bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et autres charges (défini aux présentes comme le « BAIIA ajusté »), tel qu’il est présenté dans les états consolidés du résultat net de Pages Jaunes Limitée. Le BAIIA ajusté, la marge sur BAIIA ajusté, les dépenses d’investissement, le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement, la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement et la dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location sont des mesures financières non conformes aux PCGR et n’ont pas de signification normalisée selon les normes IFRS. Il est donc peu probable qu’ils soient comparables à des mesures semblables employées par d’autres sociétés ouvertes. Pour en savoir davantage, se reporter à la section « Mesures financières non conformes aux PCGR », à la page 5 du présent document.

Conférence téléphonique et webdiffusion

Pages Jaunes Limitée tiendra une conférence téléphonique et une webdiffusion simultanées à l’intention des analystes et des médias à 8 h 30 (heure de l’Est) le 12 novembre 2020 pour commenter les résultats du troisième trimestre de 2020. On peut assister à cette conférence en composant le 416 695-6725 dans la région de Toronto ou le 1 866 696-5910 à l’extérieur de cette zone. Le mot de passe est #8902057. Veuillez joindre la conférence au moins cinq minutes avant le début de celle-ci.

La conférence sera aussi disponible par webdiffusion à partir du site Web de la Société, à l’adresse https://entreprise.pj.ca/fr/investisseurs/rapports-financiers/.

La conférence téléphonique sera archivée dans la section « Investisseurs » du site Web, à l’adresse https://entreprise.pj.ca/fr/investisseurs/evenements-financiers-presentations/.

À propos de Pages Jaunes Limitée

Pages Jaunes Limitée (TSX : Y) est une société canadienne de médias numériques et de solutions marketing qui offre des occasions aux vendeurs et aux acheteurs d’interagir et de faire des affaires au sein de l’économie locale. Pages Jaunes détient certains des principaux médias locaux en ligne au Canada, notamment PJ.ca, Canada411 et 411.ca, ainsi que les applications mobiles PJ, Canada411 et 411, de même que les annuaires imprimés Pages Jaunes. Pour plus d’information, visitez notre site Web au https://entreprise.pj.ca/fr/.

Mise en garde concernant les déclarations prospectives

Le présent communiqué contient des déclarations prospectives au sujet des objectifs, des stratégies, des conditions financières, y compris d’un éventuel remboursement intégral des débentures échangeables restantes de la Société, à leur valeur nominale, le 31 mai 2021 ou peu après cette date, du versement, à ses actionnaires ordinaires, d’un dividende en trésorerie de 0,11 $ par action par trimestre, et des résultats d’exploitation et des activités de la Société. Ces déclarations sont prospectives puisqu’elles sont fondées sur nos attentes, en date du 11 novembre 2020, en ce qui concerne nos activités et les marchés sur lesquels nous les exerçons, ainsi que sur différentes estimations et hypothèses. Nos résultats réels pourraient différer de manière importante de nos attentes si des risques connus ou inconnus touchaient nos activités ou si nos estimations ou hypothèses se révélaient inexactes. Par conséquent, nous ne pouvons garantir que l’une ou l’autre de nos déclarations prospectives se réalisera. Les risques qui pourraient faire en sorte que nos résultats réels diffèrent de façon importante de nos attentes actuelles sont analysés dans la section 5 de notre rapport de gestion en date du 11 novembre 2020. Nous n’avons aucune intention ni ne nous engageons à le faire, sauf si cela est exigé conformément à la loi, de mettre à jour les déclarations prospectives même si de nouveaux renseignements venaient à notre connaissance, par suite d’événements futurs ou pour toute autre raison.

Personnes-ressources :
Investisseurs

Franco Sciannamblo

Premier vice-président et chef de la direction financière

investisseurs@pj.ca

Médias

John Ireland

Premier vice-président, Efficacité organisationnelle

communications@pj.ca

Mesures financières non conformes aux PCGR

BAIIA ajusté et marge sur BAIIA ajusté

De manière à offrir une meilleure compréhension des résultats, la Société utilise les termes BAIIA ajusté et marge sur BAIIA ajusté. Le BAIIA ajusté correspond au bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et autres charges (défini aux présentes comme le « BAIIA ajusté »), tel qu’il est présenté dans les états consolidés intermédiaires résumés du résultat net de Pages Jaunes Limitée. Nous définissons la marge sur BAIIA ajusté en tant que BAIIA ajusté en pourcentage des produits. Le BAIIA ajusté et la marge sur BAIIA ajusté ne sont pas des mesures de la performance conformes aux normes IFRS et ils ne sont pas considérés comme un substitut du bénéfice d’exploitation ou du bénéfice net pour mesurer la performance de Pages Jaunes. Les définitions du BAIIA ajusté et de la marge sur BAIIA ajusté ne sont pas normalisées selon les normes IFRS; il est donc peu probable qu’ils soient comparables à des mesures semblables employées par d’autres sociétés cotées en bourse. Le BAIIA ajusté et la marge sur BAIIA ajusté ne devraient pas être utilisés comme mesures exclusives des flux de trésorerie, car ils ne tiennent pas compte de l’incidence des variations du fonds de roulement, de l’impôt sur le résultat, des paiements d’intérêts, de la capitalisation des régimes, des dépenses d’investissement, des acquisitions d’entreprises, des réductions du capital de la dette ainsi que des autres provenances et utilisations des flux de trésorerie, qui sont présentées à la page 17 de ce rapport de gestion. La direction utilise le BAIIA ajusté et la marge sur BAIIA ajusté pour évaluer la performance de ses activités, car ils reflètent la rentabilité continue. La direction est d’avis que certains investisseurs et analystes utilisent le BAIIA ajusté et la marge sur BAIIA ajusté pour évaluer la capacité d’une société à assurer le service de sa dette et à satisfaire à d’autres obligations de paiement ou comme mesure courante pour évaluer les sociétés exerçant leurs activités dans le secteur des médias et des solutions de marketing ainsi que pour évaluer la performance d’une entreprise.

BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement et marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement

La Société utilise aussi le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement, que nous définissons comme le BAIIA ajusté, tel qu’il est défini ci-dessus, moins les dépenses d’investissement, que nous définissons comme les acquisitions d’immobilisations incorporelles et corporelles, présentées dans la section « Activités d’investissement » des tableaux consolidés intermédiaires résumés des flux de trésorerie de la Société. Nous définissons la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement en tant que BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement en pourcentage des produits. Le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement et la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement sont des mesures financières non conformes aux normes IFRS et ils n’ont pas de signification normalisée selon les normes IFRS. Il est donc peu probable qu’ils soient comparables à des mesures semblables employées par d’autres sociétés cotées en bourse. Nous utilisons le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement et la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement pour évaluer la performance de nos activités, car ils reflètent les flux de trésorerie provenant de nos activités commerciales. Nous sommes d’avis que certains investisseurs et analystes utilisent le BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement et la marge sur BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement pour évaluer la performance des entreprises de notre secteur.

La mesure financière conforme aux normes IFRS qui s’apparente le plus au BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement est le bénéfice d’exploitation avant amortissements et frais de restructuration et autres charges (défini ci-dessus comme le « BAIIA ajusté »), tel qu’il est présenté dans les états consolidés intermédiaires résumés du résultat net de Pages Jaunes Limitée. Pour un rapprochement des dépenses d’investissement et du BAIIA ajusté moins les dépenses d’investissement, se reporter aux pages 5 et 11, respectivement, du rapport de gestion au 11 novembre 2020.

Dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location

La dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location est une mesure financière non conforme aux PCGR et elle n’a pas de signification normalisée selon les normes IFRS. Il est donc peu probable qu’elle soit comparable à des mesures semblables employées par d’autres sociétés cotées en bourse. La dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location comprend les débentures échangeables, déduction faite de la trésorerie, telles qu’elles sont présentées dans nos états consolidés de la situation financière. Nous utilisons la dette nette à titre d’indicateur de la capacité de la Société à respecter ses obligations financières et à réduire la dette et la charge d’intérêts connexe, puisqu’elle représente le montant de la dette excluant les obligations liées à des contrats de location qui n’est pas couvert par la trésorerie disponible. Nous sommes d’avis que certains investisseurs et analystes utilisent la dette nette pour établir le levier financier d’une société.

La mesure conforme aux normes IFRS qui s’apparente le plus est le total de la dette, tel qu’il est présenté à la section « Informations à fournir concernant le capital », à la page 51 de nos états financiers consolidés audités pour les exercices clos en 2019 et 2018. Le tableau suivant présente un rapprochement du total de la dette et de la dette nette excluant les obligations liées à des contrats de location.

q3_fr2.png

Retour aux nouvelles